mercredi 11 février 2009

BLOODY SEPTEMBER (2)


Comme prévu, lundi j'ai enfin pu finir la page 84 de l'album. Comme j'étais chaud, et que je n'avais pas de taf en pub, j'ai enchainé sur les pages 85 et 86. Ce matin j'ai commencé la page 87, mais je vais devoir m'arrêter pour mettre en couleur un nouveau storyboard (16 images) pour Itarra, le fromage basque, pour l'agence DDB. Je suis censé finir vendredi. Samedi et dimanche je serai au festival Bulles-enVal (près d'Orléans). Et lundi j'enchaine sur 20 nouvelles doubles pages à dessiner pour le catalogue FLY.
Le temps passe trop vite en ce moment. Comme une impresion qu'il m'échappe totalement. En même temps, j'approche de la fin de l'album, et je commence à angoisser sur l'écriture du prochain, car à la fin d'un album, on ressent toujours comme un grand vide. L'angoisse de la page blanche aussi. Heureusement, tout au lon g de l'année, j'engrange des idées, des articles, sur des sujets que j'aimerai "un jour" traité.

Et le week-end dernier j'ai eu une idée de fou. Un pitch qui devrait en surprendre plus d'un, à commencer par Didier, mon éditeur. Mardi matin j'ai commencé à me documenter sur ce nouveau sujet. Un polar d'anticipation qui se passerait dans un futur très proche, et parlerai de religion, d'assassinat d'un personnage très important, l'organisation de ses funérailles, le rôle des médias ... Avec 2 twists finaux bien surprenants !
Reste plus qu'à l'écrire. "Plus qu'à"... facile à dire ...

2 commentaires:

yomguaille a dit…

Bonsoir Will,
Qu'est-ce qu'un pitch ?
Quand tu attaques une page, où en es-tu ? Tu as déjà toute l'histoire et tu ne fais que séquencer ? Tu inventes les dialogues et tu crées les dessins ? Qu'est-ce que ça représente comme boulot pour toi de "passer à la page 85" ?

will a dit…

Salut yomguaille (pas facile à écrire ça)
Un pitch, est un terme américain (je crois) pour résumer très rapidemant l'idée de base d'un scénario. Une sorte de synopsis très accrocheur.
Quand j'attaque une page, j'ai bien sur le scénario (très détaillé), et le découpage de l'album : en gros je sais ce que je dois mettre ou faire tenir dans ma page. J'attaque donc d'abord l'écriture des dialogues, puis je passe à la disposition des cases, et je case l'emplacement de mes bulles. Je cherche alors la doc adéquat, fait mes cadrages sous forme de storyboard, et je commence à dessiner en ayant imprimer mes visuels de référence au bon format. Et ça à chaque nouvelle page.
J'espère avoir répondu à te questions.
Amicalement,
Will